Dimanche 24 Juin 2018 – Jour – Europe de l’ouest

Avant de commencer la lecture de cette chronique, toi mon jeune lecteur chevelu, toi ma seule raison d’écrire, ma fierté, ma gloire, je tenais à te remercier par avance pour les minutes que tu consacreras à ces quelques lignes merveilleusement bien écrites. Je t’imagine déjà, fiévreux et impatient, excité comme Kendji au salon de la caravane car tu l’attends depuis plus de 1 mois, et que c’est long, très long, mais laisse-moi te dire qu’à l’échelle du Métal c’est que dalle. Regarde, Metallicasort un album tous les 6/8 ans alors que BigFlo et Olic’est tous les ans, ah tu vois… 1 mois c’est rien du tout, alors tu te calmes.

Le plus grand festival de Métal Français ferme ses portes ce dimanche soir, cette nuit. Demain, le site du Hellfest redeviendra pour le reste de l’année un parc à visiter en famille. Une galerie d’art à ciel ouvert, une exposition permanente d’œuvres fantastiques, de sculptures métalliques, de décorations ou de créatures venues d’univers parallèles. Une guitare haute de 5 mètres plantée dans un rond-point indique l’entrée. A l’intérieur attendent des bras levés en signe de ralliement, des cranes à déchets, des bancs en os, des carcasses d’hélicoptère, d’avion, une coccinelle scorpion, des arbres de fer, et tout au bout, dans la warzone, la statue imposante du leader de Motorhead Lemmy Kilmister.

La nuit fut courte. Il n’y a que 8h que les projecteurs se sont éteints sur les guitares des australiens deParkway Drive. Les festivaliers, dont un certain Jean-Pierre, ont à peine eu le temps de rentrer prendre un peu de repos à la tente ou à l’hôtel pour les plus fragiles, fermer les yeux, ouvrir les yeux, c’est le matin. La journée sera longue jusqu’au bouquet final. Megadeth, Alice in Chains,Iron Maiden, Marilyn Manson. Jean-Pierre voulait de la tête d’affiche, il est servi, il les a toutes trouvées dimanche.

Mais ce matin les premiers groupes programmés ne font pas salle, ou prairie comble. Tout proche de la cathédrale de toile aux allures gothiques qui surplombe l‘entrée générale, la Valleyaccueille un petit groupe autant sympathique que dynamique les Dust Lovers (ou The Texas Chainsaw Dust Lovers). Comme leur nom de l’indique pas, les Dust Loverssont français et ont mis à profit les 30 minutes qui leur étaient accordées pour présenter un set impeccable de rock à la française. Seulement 30 minutes, c’était court mais intense, comme une douche fraiche pour se remettre les idées en place et bien commencer la journée. Jean-Pierre pensa avec raison qu’il avait bien fait de se lever tôt.

Il ne sait pas exactement pourquoi mais il avait marqué d’une croix Feed the Rhino sur le flyer de la running list des Mainstages. Alors JP y a été et  il n’a pas fait le déplacement pour rien.

La foule clairsemée lui avait permis d’atteindre la barrière au pied de la scène, dommage. Lee Tobin, le frontman de Feed The Rhino veut slamer pour le tournage d’un clip et a toutes les peines du monde à réunir assez de monde pour tenter la manœuvre. Le slam étant une sorte de nage sur foule en délire, il faut donc une foule et qu’elle soit en délire. Or, Jean-Pierre et ses potes sont comme les carottes, ils sont qu’huit et loin d’être en délire vu l’heure matinale. Le slam de Tobinse transforma alors en un vague porté/levée avec prise sous le bras de catégorie 5 qui lui aurait valu un joli 2.8/5 si il avait enchainé avec un triple boucle piqué. 30 minutes plus tard, s’en était fini des british et de leur métalcore survitaminé. JP se souviendra d’avoir passé un bon moment malgré la dent déchaussée et la trace de pas qui lui barrait le front.

Ndlr : Tous les jeux de mots présents ici sont gratuits et libres de droits, tu pourras donc les utiliser lors de repas de famille par exemple, ou pour briller en société, un mariage, une barmitsva ou un enterrement.

Retour à la Valley, c’est plus calme. Oh combien plus calme. Luciferse prépare. On lui avait dit, tu verras c’est la sœur de Sylvie Vartan et oui, effectivement, Johanna Sadonisressemble à ça. Suédoise, longue chevelure dorée, déhanché ondulant dans une combinaison moulante. Mais pourquoi Lucifer, te demanderas-tu ? Parce que c’est du Doomte verras tu répondre. Le Doom, pour les quelques ignorants incultes qui seraient arrivés jusqu’à ces lignes, c’est comme le DeathMétalmais en plus lent, en plus lourd, plus triste, plus désespérant, plus tragique. Comme on pouvait s’en douter, la petite demi-heure qui suivit ne fut pas une partie de plaisir pour tout le monde, ça manquait un peu d’entrain. Super ! Juste avant l’apéro c’était vraiment une bonne idée.

Tout juste le temps de sacrifier une jeune vierge, de boire son sang et de manger une chauvesouris vivante qu’il fallait déjà se diriger vers la Warzone pour écouter et surtout voir Jake « The Preacher » Cavaliere  des The Lords of Altamont. Oui, au Hellfeston a des coutumes spéciales. Il faut maintenir un certain standing, une certaine réputation à entretenir. On ne mange pas de la barbe à papa en écoutant du Charly Oleg. Ici c’est l’Enfer sur terre, il faut toujours sacrifier une jeune femme à la poitrine généreuse, habillée de cuir et de résille car généralement Satan l’habite. (ok, je sors…) La seule similitude entre Charly Oleg et les Lords of Altamont, c’est l’orgue. John-Peter se rappelle de « tournez- manège » Houaii !! Eh ben là, c’est pareil sauf que Jake The Preacherjoue comme Michel Berger, debout, mais debout sur son clavier. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour JP ça veut dire beaucoup. Ça veut dire qu’ils sont complétement déjantés et qu’ils se la donnent sur du bon Rock de Garage psychédélique. Les petits gars d’Altamont en ont dans le coffre et une belle énergie partagée par le public.

Ce Dimanche matin ressemble à un Marathon où il faut courir d’une scène à l’autre pour ne rien louper.

15h50 du matin, Iced Earthplante ces premiers accords en Mainstage. Jean-Pierre ne les connaissait pas, et ne savait donc pas que c’était duHeavyMetal.  Il en a eu la confirmation dès que Stu Blockferpris  le micro pour pousser un cri aigue mais aigue avec vibrato à la manière de Ian Gillansur l’intro de Highway Star. Si tu vois… C’est bien du Heavymetalavec  toutes les options, le cuir, les cheveux longs, les bandanas etc. Un set correct, quel vilain mot, après 10 ans d’absence au Hellfest où les gars de la bande à Jon Shafferont mélangé les morceaux anciens et plus récents. Correct plus (+) alors.

19h20 du matin. L’après-midi approche avec en ligne de mire Megadeth. Et Dylan, le stagiaire narcotraficant à ses heures est de retour en régie, grosse déception. C’est inaudible. On entend ni la voix, ni le reste. Jean-Pierre a envie pleurer. VoirDave Mustainele mettait en joie, même à cette heure si matinale – Heure de passage dont le Mustaine s’est plaint en conférence de presse.

Larmes vites séchées pour le mega groupe Iron Maiden. JP a mis la veste sans manche aux couleurs du groupe britannique. C’est un peu le smoking du Metal. Il faut croire que Dickinsonet ses potes ne passent au Hellfest que les années de coupe du monde foot. La dernière fois en 2014, il annonçait même le score de France –Suisse en direct sur scène. Cette année nouveaux décors nouvelle set list, nouveau spectacle encore grandiose. Eddy la mascotte géante est de la partie et fait le show, c’est beau c’est grand c’est majestueux – chaque titre est un nouveau tableau. Une fin en apothéose, un comble pour le festival des enfers.

Jean-Pierre est content de son festival, il a fait du bon boulot et est fier de lui. Il a vu plein de nouvelles choses, participé à plein d’expériences étranges parfois à la limite du surnaturel – il a découvert des vieux groupes, des groupes tout neufs, des groupes pas encore groupes, des bébés groupes. Il reviendra peut être, sûrement l’année prochaine, si seulement Dylan…

Site officiel : www.hellfest.fr
Photos:
© Ian Arné
Lieu: Festival Hellfest (Clisson, FRANCE) | 22/23/24.06.2018

ambiancesHF2018-1ambiancesHF2018-2ambiancesHF2018-3ambiancesHF2018-4ambiancesHF2018-5

ambiancesHF2018-6ambiancesHF2018-7ambiancesHF2018-8ambiancesHF2018-9ambiancesHF2018-10

ambiancesHF2018-11ambiancesHF2018-12ambiancesHF2018-13ambiancesHF2018-14ambiancesHF2018-15

ambiancesHF2018-16ambiancesHF2018-17ambiancesHF2018-18ambiancesHF2018-19ambiancesHF2018-20

ambiancesHF2018-21ambiancesHF2018-22ambiancesHF2018-23ambiancesHF2018-24ambiancesHF2018-25

ambiancesHF2018-26ambiancesHF2018-27ambiancesHF2018-28ambiancesHF2018-29ambiancesHF2018-30

ambiancesHF2018-31ambiancesHF2018-32ambiancesHF2018-33ambiancesHF2018-34ambiancesHF2018-35

ambiancesHF2018-36ambiancesHF2018-37ambiancesHF2018-38ambiancesHF2018-39ambiancesHF2018-40

ambiancesHF2018-41ambiancesHF2018-42ambiancesHF2018-43ambiancesHF2018-44ambiancesHF2018-45

ambiancesHF2018-46ambiancesHF2018-47ambiancesHF2018-48ambiancesHF2018-49ambiancesHF2018-50

ambiancesHF2018-51ambiancesHF2018-52ambiancesHF2018-53ambiancesHF2018-54ambiancesHF2018-55

ambiancesHF2018-56ambiancesHF2018-57ambiancesHF2018-58ambiancesHF2018-59ambiancesHF2018-60

ambiancesHF2018-61ambiancesHF2018-62ambiancesHF2018-63ambiancesHF2018-64ambiancesHF2018-65

ambiancesHF2018-66ambiancesHF2018-67ambiancesHF2018-68ambiancesHF2018-69ambiancesHF2018-70

ambiancesHF2018-71ambiancesHF2018-72ambiancesHF2018-73ambiancesHF2018-74ambiancesHF2018-75

ambiancesHF2018-76ambiancesHF2018-77ambiancesHF2018-78ambiancesHF2018-79ambiancesHF2018-80

ambiancesHF2018-81ambiancesHF2018-82ambiancesHF2018-83ambiancesHF2018-84ambiancesHF2018-85

ambiancesHF2018-86ambiancesHF2018-87ambiancesHF2018-88ambiancesHF2018-14ambiancesHF2018-91

ambiancesHF2018-89ambiancesHF2018-92ambiancesHF2018-93ambiancesHF2018-94ambiancesHF2018-95

ambiancesHF2018-96ambiancesHF2018-97ambiancesHF2018-98ambiancesHF2018-99ambiancesHF2018-100

ambiancesHF2018-101ambiancesHF2018-102ambiancesHF2018-103ambiancesHF2018-104ambiancesHF2018-105

{lang: 'fr'}

Post to Twitter

David

Chroniqueur

More Posts