Dans les années 90, ils nous faisaient vibrer. Après toutes ces années, Emmanuelle Monet nous revient, faisant revivre Dolly l’espace de quelques notes.

La voix ne Manu s’est remplie d’expérience, mais nous la retrouvons comme lorsqu’elle ne voulait pas rester sage. Elle reste toujours douce et sensuelle, envoutante voire inquiétante.

L’album débute avec Toi et Moi. Dès les premières notes, nous retrouvons la griffe de Dolly. Un peu Garage Rock avec sa guitare rapide et excitée. La voix de Manu, électrique nous distille sa mélancolie. Bollywood reste dans cette énergie. Le français et l’anglais sont mêlés avec détermination et une guitare omniprésente. La Vérité et Teenage Kikcs sont de la même veine. Les textes abordant l’amour ou la vie.

Un Baiser dans le cou amorce le virage de l’album. La rythmique est plus lente et la voix plus grave. Là est la griffe de Manu. Juste une Chance continue sur cette route. Un rock français avec des lignes d’accord simple, des riffs énervés et la voix soufflante de Manu. On peut dire cela de Comme un gant, alors que se pose délicatement Je pense à Toi.

Un moment intime et plein de sensibilité. On se fait surprendre par la douceur de la harpe et du violoncelle. Une parenthèse féerique et nostalgique. Un réel coup de cœur.

Encore de Moi vient nous sortir de notre torpeur et A quelqu’un amorce la fin de l’album qui finit par un superbe : Les Larmes. Les paroles sont soulignées par la lourdeur de la basse, la guitare entêtante, et la voix se purifie et est reprise par la voix grave de Patrick Giordano.

Cet album a été au-delà de mes espérances. Manu porte en elle la plume de Dolly mais elle a su ajouter subtilement la maturité de la vie et ses blessures.

 

{lang: 'fr'}

Post to Twitter

LN

Chroniqueuse

More Posts